3ème, 4ème, 5ème, 6ème, adaptation littéraire, adultes, bande dessinée, les dévoreurs de livres d'Arsène, lycée

Princesse Sara, tome 2 à 5

Princesse Sara, tome 2. La princesse déchue : Après avoir appris la mort de son père, Sara doit travailler comme bonne à l’orphelinat avec Becky jusqu’au jour où de mystérieux voisins s’installent dans la maison d’à côté…

Princesse Sara, tome 3. Mystérieuses héritières :  Sara continue toujours de travailler comme bonne à l’orphelinat mais elle ne sait pas que les voisins la recherchent. Sauf que ceux-ci la croient en Russie et vont aller rechercher une Sara qui n’est pas la même…

Princesse Sara tome 4. Une petite princesse ! : Miss Minchin fait tout pour énerver Sara et la rendre moins fière ; elle ne lui donne plus à manger et la punie continuellement. Sara rêve d’être une princesse et d’être bien traitée jusqu’au jour où elle découvre sa chambre richement décorée ainsi que de la nourriture qu’elle partage avec Becky. Mais elle ne sait pas qui lui offre tout ça…

Princesse Sara, tome 5. Retour aux Indes : Les voisins ont enfin retrouvé Sara. Celle-ci veut retourner en Inde dans sa maison d’enfance avec Becky mais elle ne veut pas montrer son visage et se cacher. Elle va cependant prendre une fausse identité et travailler comme ingénieure aux usines Delatour, qui remplace l’usine d’automates de son père. Réussira-t-elle à la racheter ?

Alicia, 3e – 14 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Découvrez la suite de cette série au succès jamais démenti,  au CDI du collège comme auprès des élèves de l’école primaire d’à côté ! A posséder dans tous les bons (!) CDI de collèges -si votre budget vous le permet, bien sûr !- pour faire lire même les plus irréductibles non-lectrices ! Une série de qualité, une très belle adaptation de ce classique de la littérature anglaise, aux illustrations très soignées qui collent parfaitement à l’ambiance de l’histoire.

Publicités
3ème, 4ème, 5ème, humour, récit de vie, roman

Mentine, 4. Seule à New York, de Jo Witek

Nous retrouvons avec un plaisir toujours renouvelé notre pétillante Mentine dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci, ses parents veulent profiter d’un séjour en amoureux dans un ranch du Dakota pour fêter leurs 20 ans de mariage… L’excuse pour ne pas emmener Mentine avec eux : elle a peur des chevaux ! Alors, ils décident de l’inscrire à un stage linguistique à New-York durant ces quinze jours. Ainsi, ils partiront ensemble et ils se rejoindront à nouveau après leur escapade ! Mais il faut d’abord trouver à Mentine une famille d’accueil… Bien entendu, Mentine va écrire une lettre explosive à ses correspondants (lettre qui ouvre le roman) mais celle-ci n’est pas du tout du goût de sa mère qui va bien vite prendre les choses en main… C’est ainsi que notre chère Mentine se retrouvera hébergée dans l’Upper East Side, dans une somptueuse villa au sein d’une famille richissime où elle est… la punition de leur fille, la sublime Joyce,  14 ans, hautaine et futile… Car pour avoir la famille d’accueil idéale, la mère de Mentine a décrit sa fille comme une enfant studieuse, sage, disciplinée… Pourtant, sous des dehors lisses, la famille américaine est au bord de l’explosion. Mentine va-t-elle y trouver sa place ?

Un nouveau tome plein de péripéties et d’aventures, parfois bien entendu un peu fantaisistes et tirées par les cheveux, mais on se prend au jeu. Mentine est une adolescente tellement pleine de vie et d’humour, avec son regard d’enfant intellectuellement précoce qui la met toujours dans des situations en décalage avec son âge… On adhère, même si son quotidien d’enfant unique dans une famille aisée parisienne ne parlera pas forcément à nos élèves. On se laisse emporter par ce tourbillon de vie pour passer un petit moment délicieux qui redonne la pêche au lecteur. C’est bourré d’énergie et d’optimisme. Heureusement que la grand-mère veille sur sa famille pour y apporter sa sagesse ! La rencontre cocasse avec Woody Allen, réalisateur américain (au demeurant sans rapport aucun avec l’actualité) est un petit moment d’anthologie. A lire sans hésitation pour les fans de la série… plutôt des filles, d’ailleurs !

3ème, 4ème, 5ème, humour, récit de vie, roman

Mentine, 4. Seule à New York, de Jo Witek

Nous retrouvons avec un plaisir toujours renouvelé notre pétillante Mentine dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci, ses parents veulent profiter d’un séjour en amoureux dans un ranch du Dakota pour fêter leurs 20 ans de mariage… L’excuse pour ne pas emmener Mentine avec eux : elle a peur des chevaux ! Alors, ils décident de l’inscrire à un stage linguistique à New-York durant ces quinze jours. Ainsi, ils partiront ensemble et ils se rejoindront à nouveau après leur escapade ! Mais il faut d’abord trouver à Mentine une famille d’accueil… Bien entendu, Mentine va écrire une lettre explosive à ses correspondants (lettre qui ouvre le roman) mais celle-ci n’est pas du tout du goût de sa mère qui va bien vite prendre les choses en main… C’est ainsi que notre chère Mentine se retrouvera hébergée dans l’Upper East Side, dans une somptueuse villa au sein d’une famille richissime où elle est… la punition de leur fille, la sublime Joyce,  14 ans, hautaine et futile… Car pour avoir la famille d’accueil idéale, la mère de Mentine a décrit sa fille comme une enfant studieuse, sage, disciplinée… Pourtant, sous des dehors lisses, la famille américaine est au bord de l’explosion. Mentine va-t-elle y trouver sa place ?

Un nouveau tome plein de péripéties et d’aventures, parfois bien entendu un peu fantaisistes et tirées par les cheveux, mais on se prend au jeu. Mentine est une adolescente tellement pleine de vie et d’humour, avec son regard d’enfant intellectuellement précoce qui la met toujours dans des situations en décalage avec son âge… On adhère, même si son quotidien d’enfant unique dans une famille aisée parisienne ne parlera pas forcément à nos élèves. On se laisse emporter par ce tourbillon de vie pour passer un petit moment délicieux qui redonne la pêche au lecteur. C’est bourré d’énergie et d’optimisme. Heureusement que la grand-mère veille sur sa famille pour y apporter sa sagesse ! La rencontre cocasse avec Woody Allen, réalisateur américain (au demeurant sans rapport aucun avec l’actualité)  est un petit moment d’anthologie. A lire sans hésitation pour les fans de la série… plutôt des filles, d’ailleurs !