6ème, CM2, fantastique, historique, Non classé

Les enquêtes de Ninon et Paul – Des voleurs à Versailles, de Chantal Cahour

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Des voleurs à VersaillesNinon, 11 ans, et Paul, 10 ans, sont frère et sœur. C’est Ninon qui raconte cette histoire qui se passe à notre époque et en 1676.
Ninon et Paul vont rendre visite à leurs grands-parents qui viennent de déménager à Meudon, en banlieue parisienne.
Leurs grands-parents décident de leur faire visiter le château de Versailles. Ils partent donc, en visite guidée, à la découverte de ce célèbre monument.
Dans la galerie des glaces, Paul trébuche à cause de ses lacets défaits et entraîne sa soeur dans sa chute : tous les deux se cognent la tête contre le pied d’un guéridon et perdent connaissance…
Lorsqu’ils reviennent à eux, ils se rendent compte très vite qu’ils sont en 1676 ! Dans leur voyage dans le temps, ils rencontrent deux enfants du même âge qu’eux et c’est le début d’une aventure extraordinaire.

J’ai bien aimé le côté fantastique qui nous emmène dans une autre époque et nous apprend des choses sur la vie au château de Versailles.
Le romans est court et donc très vite lu. On s’attache vite aux personnages et on ne s’ennuie jamais car il y a de l’aventure.

a la fin du livre, il y a un petit quizz pour tester ses connaissances sur Louis XIV et sa cour et le château de Versailles (avec les réponses très détaillées) mais aussi la recette traditionnelle de l’époque à la poudre d’amande : le massepain des belles dames de Versailles.

A lire dès le CM1

Cloé, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Publicités
5ème, 6ème, récit de vie, roman

24 heures sans jeu vidéo, de Sophie Rigal-Goulard

Entrez dans le monde virtuel …

Après avoir lu Dix jours sans écrans, je m’attendais au même genre d’histoire, peut-être un challenge familial pour obliger les enfants à décrocher des jeux vidéos… Que nenni ! Notre chère auteur, Sophie Rigal-Goulard, a su se renouveler et nous emmener dans une histoire totalement différente… Et ceux qui ont adoré Dix jours sans écrans n’accrocheront peut-être pas de la même façon à ce titre, et inversement ! Car ici, il ne s’agit pas du tout d’un récit de vie à l’école, avec les amitiés, les jalousies, les clans, mais une histoire qui vire vers le fantastique… Vous voulez en savoir plus ?

Et bien, nous avons Terence, un ado accro aux jeux vidéo, et sa petite soeur, Blanche, élève de 6ème qui compte bien amadouer son frère pour pouvoir se rendre à la soirée des 3ème avec sa copine. Alors, elle fait des recherches sur le jeu préféré de son frère Dark City Game, une cité où il faut atteindre le dôme, après un parcours semé d’embûches et de dangers, et éliminer le maître des lieux, Moon. Blanche cherche des trucs postés sur internet pour aider son frère à passer les étapes difficiles et ainsi lui permettre de gagner la partie grâce à elle… En remerciement, ne pourra-t-il pas faire en sorte qu’elle se rende à cette soirée  ?!?

Mais quand elle le rejoint dans sa chambre, elle découvre que le siège de l’ordinateur est vide, ce n’est pas possible ! Terence n’en décolle jamais…. Où peut-il être ?  Et c’est qui ce personnage dans le jeu qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau ?

Novice en « jeux débiles », Blanche va devoir s’entourer de vrais gamers, créer des avatars (quoi, de la force ou de l’esprit seront le plus adéquat dans cette situation ?). Même les parents redoublent d’effort pour tenter de trouver une solution et gagner la partie…

Un peu d’amour, beaucoup d’amitié, de la solidarité, les liens familiaux  (des thèmes chers à l’auteur qu’elle a très bien réussi à caser dans cette histoire de jeu vidéo violent) et surtout une bonne dose d’heures aux manettes !

Avec une fin totalement décalée, on finit par se demander quelle force de persuasion émane de ces jeux vidéos pour faire autant d’accro ! Le fantastique (dans le sens littéraire du terme et non pas dans le sens « génial », hein !) n’est-il pas là ?

3ème, adultes, coup de coeur, lycée, récit de vie, roman

Le grand Meaulnes, de Alain-Fournier

Entre rêve et réalité

Afficher l'image d'origine

Augustin Meaulnes, jeune adolescent de 17 ans, arrive dans l’école unique de François Seurel, fils de l’instituteur. Ils vont se lier d’amitié. Augustin, garçon silencieux, assez énigmatique, libre  va vite être surnommé par ses camarades le Grand Meaulnes. Un jour, alors qu’il prend la décision de partir chercher les grands-parents de François à la gare de Vierzon, il se perd dans la campagne et atterrit dans une propriété où se tient une fête étrange. Il y tombe amoureux d’Yvonne. Dès lors, il n’aura de cesse de la retrouver.

Un premier roman éblouissant écrit par un jeune auteur de 27 ans, qui décédera quelques temps plus tard durant la première guerre mondiale laissant un grand vide dans la littérature classique. L’adolescence y est décrit avec justesse dans tous ses excès, ses tourments, ses attentes. Le rêve rejoint la réalité, ou bien est-ce la réalité qui rejoint le rêve ? En tout cas, Augustin Meaulnes sera tout au long de sa vie en quête d’une chimère, comme si, même lorsque la réalité dépasse ses espérances, il ne s’en satisfait pas. D’un onirisme, d’un romantisme incroyable. Poétique, mélancolique, merveilleux, les termes sont nombreux qui peuvent décrire ce roman d’amour atypique. A lire au moins une fois dans sa vie, pour les lecteurs amoureux de la langue française, me^ais je conseille peut-être d’attendre le lycée ou l’âge adulte pour en apprécier toute la saveur.

De ce roman vient le prénom donné à mon fils, Augustin… tout est dit…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5ème, 6ème, CM2, roman, suspens

Dix minutes de dingue, de Jean-Christophe Tixier

Course-poursuite !

Dix minutes de dingueMat et Félix sont sidérés par la video de skate envoyée par leurs copains Tim et Léa pour leur « battle de skate ». Comment vont-ils pouvoir rivaliser avec ça ? Deux caméras, un plongeon dans une piscine… Cela semble impossible de faire mieux… Sauf si, eux, arrivent à utiliser trois caméras et à organiser une course-poursuite avec un scooter… Reste à réunir le matériel nécessaire, ce qui n’est pas une mince affaire. Mais nos amis ne savent pas encore que ce ne sera pas le pire de leurs soucis. La course-poursuite qu’ils vont imaginer va les emmener sur un terrain vraiment plus dangereux que prévu !

Si vous avez aimé Dix minutes trop tard, retrouvez avec plaisir la petite bande de copains, où, cette fois-ci, c’est Mat et Félix qui se retrouvent les héros de cette histoire. Un  petit roman haletant  sur fond de rivalités amoureuses et relations fortes d’amitié. Les personnages sont suffisamment peaufinés pour qu’on s’y attache et l’intrigue bien menée. Cave, entrepôt labyrinthique, malfrats, homme patibulaire, course-pous=rsuite, tous les ingrédients sont là pour que le lecteur accroche facilement à cette histoire au suspens bien dosé.

5ème, 6ème, CM2, fantastique, historique, récit de vie, roman

La balafre, de Jean-Claude Mourlevat

Apparitions…

Résultat de recherche d'images pour "la balafre"Olivier doit quitter son quotidien pour 10 mois suite à une mutation de son père. La petite famille se retrouve dans un hameau perdu. Un soir, alors qu’il se promène seul dans la rue, un chien se jette avec une rare violence sur la grille intérieure d’une maison abandonnée, en aboyant. Olivier, tremblant,  court se réfugier chez lui. Mais à la maison, aucun de ses parents n’a rien vu, ni entendu… Comment cela est-il possible ? Pour en avoir le coeur net, il décide de rester un week-end seul à la maison, alors que ses parents sont en déplacement… De retour d’une promenade à vélo, le chien réapparaît devant lui, bientôt accompagné d’une fillette de 4 ans… Ceux-ci se volatilisent sous ses yeux. Toutes ces images le hantent, il ne comprend pas ce qui lui arrive, ses résultats scolaires chutent, son moral bascule… Il ne ressortira pas indemne de toute cette histoire, et sera marqué à vie, littéralement, une balafre traversant son visage, témoin de ces événements.

Comme d’habitude, Jean-Claude Mourlevat nous dresse là, avec son merveilleux talent de conteur, une histoire prenante, à la chute inattendue, à la lisière du fantastique, du roman historique et policier. Même si la couverture a un peu vieilli, le texte, lui, n’a pas pris une ride, c’est là qu’on sait quand on a affaire à un grand écrivain ! L’intrigue ne nous lâche pas, les visions et les questionnements du jeune garçon, l’introduction qui nous dévoile déjà le drame qui préfigure, symbolisé par la cicatrice, font que ce court roman, très accessible et très bien construit, nous hante nous-même longtemps. Un roman où le fantastique se mêle à l’Histoire, celle de la Seconde Guerre mondiale, de la Résistance, de la collaboration, des délations, des Juifs, des déportations. Un roman à lire sans hésitation, proposé dès 10 ans, mais que je suggèrerai plutôt à partir de 12 ans. Et surtout, ensuite, découvrez tous les autres livres que le CDI possède du même auteur : La rivière à l’envers (1. Tomek – 2. Hannah), Le combat d’hiver, L’enfant océan, Le Chagrin du roi mort

3ème, 4ème, lycée, récit de vie, roman

Un lapin peut changer une vie – on ne le dit pas assez !, de Sandrine Kao

Et si on changeait de vie ?

Dans la famille Ribout, rien ne va plus. Paul, le père, a démissionné de son travail de graphiste et personne ne sait ce qu’il fait de ses journées ; Alicia, la fille cadette, première de la classe a été changée de place pour se retrouver à côté de Keja, une fille du voyage qui a des poux ; Agathe, la fille aînée,  tombe amoureuse d’un inconnu alors qu’elle se produit sur scène avec son groupe de musique, et cela va révolutionner sa vie ; quant à Emmanuelle, la mère, elle n’arrive plus à signer aucun contrat en tant qu’illustratrice… Dépassée, démodée…elle occupe ses journées à tenir son blog culinaire, à dessiner des plats et à inventer des recettes qu’elle n’a pas les moyens de cuisiner. Et bien sûr, sans revenus, la famille est au bord du goufre ! Tous leurs repères se brisent, le quotidien est totalement chamboulé… mais finalement, est-ce si dramatique ? La vie n’est-elle pas faites de chemins qui arpentent des lieux parfois clairs, parfois sombres, parfois vides et parfois luxuriants. Tant qu’on est en vie, tout est possible !

Et le lapin, dans tout ça ? Un petit effet d’écriture qui trace un lien ténu entre tous les personnages de cette histoire familiale qui est en train de remettre en cause ses acquis. Le titre et la couverture du livre ne reflètent pas tant que ça la réalité du roman. C’est plus un accessoire qui pimente un peu le récit mais qui pourrait tout à fait être enlevé sans que cela ne change rien… D’ailleurs, notre lapin Django n’apparaît qu’au milieu du récit, même si avant l’importance de l’animal dans la vie de cette famille est évoquée. Pour ma part, cet artifice n’était finalement pas nécessaire, mais cela n’engage que moi…

Un récit joyeux, positif, sur le thème des grands bouleversements dont on peut avoir peur dans la vie mais qui sont parfois la meilleure façon de rebondir et continuer à aller de l’avant. Un récit à plusieurs voix, sur fond de musique jazz qui aborde en même temps que les relations familiales, le thème plus grave des sans-papiers, des gens du voyage et des préjugés. Un roman qui se lit comme un roman, en dépassant notre besoin de rationalité et de cohérence…et en acceptant la facilité des situations, surtout pour le final.

4ème, 5ème, 6ème, aventure, CM2, fantastique, les dévoreurs de livres d'Arsène, roman

Simon Thorn et le sceptre du roi animal – tome 1, d’Aimée Carter

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Titre du livre  Simon Thorn – tome 1 Et le sceptre du roi animal

Auteur : Aimée CARTER

Pages : 330 pages

A partir de 10-11 ans

L’HISTOIRE :

 Simon Thorn a 12 ans et fait sa nouvelle rentrée scolaire. Il va subir les harcèlements du caïd du collège. Car Simon a une particularité, il a le pouvoir de parler et de comprendre les animaux. Bryan, le caïd l’a surpris un jour et depuis le traite de fou, et s’en sert comme souffre-douleur. Simon est un jeune garçon qui souffre de l’absence de sa mère. Il vit avec son oncle , Simon apprend qui il est : un Animalgame, un être capable de se transformer en animal. Alors que sa mère réapparaît après une longue absence, Simon pense que tout va s’arranger. Jusqu’à ce que tous les rats de la ville se décident à les pourchasser ! Très vite, sa mère sera enlevée et Simon fera tout pour la sauver, quitte à se mettre lui-même en grand danger. Il ignore qu’il est l’héritier du roi des aigles et de la reine des loups, deux peuples en conflit.  Simon va devoir savoir sur qui il peut compter !


MON AVIS SUR LE LIVRE

La couverture que j’ai trouvé parfaitement illustrée retrace bien l’ambiance du livre dont la lecture se révèle facile et agréable. Ce livre est rempli  d’aventures, d’amitiés naissantes et de suspens. On va de surprise en découverte, de rebondissements en retournements de situation. Simon est un personnage très attachant.  La fin est très surprenante et donne vraiment envie de lire la suite ! 

Axel – 4ème, 13 ans – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène