6ème, CM2, conte, récit initiatique, roman

Réaliser ses rêves ?

L’homme qui levait les pierres, de Jean-Claude Mourlevat

Résultat de recherche d'images pour "l'homme qui levait les pierres fnac"Tous les dimanches, Ruper Oaza, l’homme le plus fort au monde, se produit sur la place du village : il soulève, devant la foule ébahie, une pierre énorme… Tous les dimanches, Peio, garçon de 12 ans, frêle et délicat, vient assister à ce spectacle mais trouve à Ruper un air triste qu’il ne comprend pas… Il rêve que Ruper accepte de lui enseigner son art mais Ruper n’enseigne son art à personne… Peio décide néanmoins d’aller le voir et contre toute attente, Ruper accepte de le prendre comme apprenti. Mais ses leçons vont être bien loin des attentes du garçon…

Un récit très court qui amène le lecteur à réfléchir sur le sens de la vie et la force du mental. Il enseigne des valeurs fondamentales comme le respect des différences, la patience, la volonté. Le petit Peio n’est pas capable de soulever des pierres, Ruper le sait mais il va le guider sur un autre chemin, avec sagesse et philosophie, et permettre à Peio de trouver sa propre voie  et s’élever à travers son rêve de manière encore plus incroyable qu’on pourrait le penser. Un conte philosophique et fantastique à la portée de tous.

Publicités
4ème, 5ème, 6ème, aventure, roman

Les mods parallèles, de Sara Ri et Matthieu Santelli

 

Voici une aventure Minecraft non officielle, interactive grâce à des QR codes présents à différents moments de l’histoire.

Lorsque Victor se réveille ce matin-là, il se rend compte que ses cultures ont été détruites et que ses moutons ont disparu. Lui qui vit tout seul, très paisiblement, sans jamais rien qui ébranle son quotidien, il n’y comprend rien. Il décide de partir vers la forêt à la recherche de ses moutons et d’une explication. Dans une cabane abandonnée, il  fait la connaissance de Jaz-Mine, une fille aux cheveux verts, qui vient d’un autre univers.

Toi, tu as spawné dans un monde paisible où il n’y a pas de mobs hostiles. Tu es un noob, en quelque sorte. Dans les autres mondes, il existe des mobs hostiles qui droppent des items. Je suis venue dans ta map pour réunifier les mondes afin que les mods et maps parallèles soient accessibles à tous. […]. Tu n’as rien compris, n’est-ce pas ?

Et nous, pas forcément non plus, si l’on ne connait pas trop le jeu Minecrraft. Mais finalement, cela n’a pas tant d’importance que ça, car l’histoire va se poursuivre en emmenant nos deux protagonistes de mondes en mondes à travers des failles pour essayer de rétablir l’ordre d’origine des différents mondes. C’est ainsi qu’ils se retrouvent dans un monde apocalyptique, à Paris, près du Sacré-Coeur, puis dans un monde de squelettes et de zombies, un monde où il faut résoudre des énigmes pour éviter à des bombes d’exploser, un monde rempli de crétures, du lapin à l’Ender Dragon,  un monde où le déplaceùment se fait à la verticale, etc. Chaque chapitre du livre représente un de ces mondes dans lequel accèdent nos amis, à la recherche de la faille qui les fera avancer d’un univers à l’autre afin de résoudre leur problème. La relation entre Victor et JazMine, qui ont des caractères opposés met du piment à l’aventure qui peut être lue sans problème par un novice au monde de Minecraft, même si, dans ce cas, il ne pourra pas comprendre toutes les références. JazMine n’a peur de rien et est très dégourdie, alors que Victor fait plutôt partie des joueurs inexpérimentés mais va chercher à évoluer, de maps en maps ! Néanmoins, la lecture du livre reste totalement compréhensible et se lit vite. L’ouvrage est soigné et la mise en page aérée grâce à une typographie qui change sur certains mots pour rendre la lecture plus ludique.

3ème, adultes, coup de coeur, lycée, récit de vie, roman

Le grand Meaulnes, de Alain-Fournier

Entre rêve et réalité

Afficher l'image d'origine

Augustin Meaulnes, jeune adolescent de 17 ans, arrive dans l’école unique de François Seurel, fils de l’instituteur. Ils vont se lier d’amitié. Augustin, garçon silencieux, assez énigmatique, libre  va vite être surnommé par ses camarades le Grand Meaulnes. Un jour, alors qu’il prend la décision de partir chercher les grands-parents de François à la gare de Vierzon, il se perd dans la campagne et atterrit dans une propriété où se tient une fête étrange. Il y tombe amoureux d’Yvonne. Dès lors, il n’aura de cesse de la retrouver.

Un premier roman éblouissant écrit par un jeune auteur de 27 ans, qui décédera quelques temps plus tard durant la première guerre mondiale laissant un grand vide dans la littérature classique. L’adolescence y est décrit avec justesse dans tous ses excès, ses tourments, ses attentes. Le rêve rejoint la réalité, ou bien est-ce la réalité qui rejoint le rêve ? En tout cas, Augustin Meaulnes sera tout au long de sa vie en quête d’une chimère, comme si, même lorsque la réalité dépasse ses espérances, il ne s’en satisfait pas. D’un onirisme, d’un romantisme incroyable. Poétique, mélancolique, merveilleux, les termes sont nombreux qui peuvent décrire ce roman d’amour atypique. A lire au moins une fois dans sa vie, pour les lecteurs amoureux de la langue française, me^ais je conseille peut-être d’attendre le lycée ou l’âge adulte pour en apprécier toute la saveur.

De ce roman vient le prénom donné à mon fils, Augustin… tout est dit…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5ème, 6ème, CM2, roman, suspens

Dix minutes de dingue, de Jean-Christophe Tixier

Course-poursuite !

Dix minutes de dingueMat et Félix sont sidérés par la video de skate envoyée par leurs copains Tim et Léa pour leur « battle de skate ». Comment vont-ils pouvoir rivaliser avec ça ? Deux caméras, un plongeon dans une piscine… Cela semble impossible de faire mieux… Sauf si, eux, arrivent à utiliser trois caméras et à organiser une course-poursuite avec un scooter… Reste à réunir le matériel nécessaire, ce qui n’est pas une mince affaire. Mais nos amis ne savent pas encore que ce ne sera pas le pire de leurs soucis. La course-poursuite qu’ils vont imaginer va les emmener sur un terrain vraiment plus dangereux que prévu !

Si vous avez aimé Dix minutes trop tard, retrouvez avec plaisir la petite bande de copains, où, cette fois-ci, c’est Mat et Félix qui se retrouvent les héros de cette histoire. Un  petit roman haletant  sur fond de rivalités amoureuses et relations fortes d’amitié. Les personnages sont suffisamment peaufinés pour qu’on s’y attache et l’intrigue bien menée. Cave, entrepôt labyrinthique, malfrats, homme patibulaire, course-pous=rsuite, tous les ingrédients sont là pour que le lecteur accroche facilement à cette histoire au suspens bien dosé.

5ème, 6ème, CM2, fantastique, historique, récit de vie, roman

La balafre, de Jean-Claude Mourlevat

Apparitions…

Résultat de recherche d'images pour "la balafre"Olivier doit quitter son quotidien pour 10 mois suite à une mutation de son père. La petite famille se retrouve dans un hameau perdu. Un soir, alors qu’il se promène seul dans la rue, un chien se jette avec une rare violence sur la grille intérieure d’une maison abandonnée, en aboyant. Olivier, tremblant,  court se réfugier chez lui. Mais à la maison, aucun de ses parents n’a rien vu, ni entendu… Comment cela est-il possible ? Pour en avoir le coeur net, il décide de rester un week-end seul à la maison, alors que ses parents sont en déplacement… De retour d’une promenade à vélo, le chien réapparaît devant lui, bientôt accompagné d’une fillette de 4 ans… Ceux-ci se volatilisent sous ses yeux. Toutes ces images le hantent, il ne comprend pas ce qui lui arrive, ses résultats scolaires chutent, son moral bascule… Il ne ressortira pas indemne de toute cette histoire, et sera marqué à vie, littéralement, une balafre traversant son visage, témoin de ces événements.

Comme d’habitude, Jean-Claude Mourlevat nous dresse là, avec son merveilleux talent de conteur, une histoire prenante, à la chute inattendue, à la lisière du fantastique, du roman historique et policier. Même si la couverture a un peu vieilli, le texte, lui, n’a pas pris une ride, c’est là qu’on sait quand on a affaire à un grand écrivain ! L’intrigue ne nous lâche pas, les visions et les questionnements du jeune garçon, l’introduction qui nous dévoile déjà le drame qui préfigure, symbolisé par la cicatrice, font que ce court roman, très accessible et très bien construit, nous hante nous-même longtemps. Un roman où le fantastique se mêle à l’Histoire, celle de la Seconde Guerre mondiale, de la Résistance, de la collaboration, des délations, des Juifs, des déportations. Un roman à lire sans hésitation, proposé dès 10 ans, mais que je suggèrerai plutôt à partir de 12 ans. Et surtout, ensuite, découvrez tous les autres livres que le CDI possède du même auteur : La rivière à l’envers (1. Tomek – 2. Hannah), Le combat d’hiver, L’enfant océan, Le Chagrin du roi mort

3ème, 4ème, lycée, récit de vie, roman

Un lapin peut changer une vie – on ne le dit pas assez !, de Sandrine Kao

Et si on changeait de vie ?

Dans la famille Ribout, rien ne va plus. Paul, le père, a démissionné de son travail de graphiste et personne ne sait ce qu’il fait de ses journées ; Alicia, la fille cadette, première de la classe a été changée de place pour se retrouver à côté de Keja, une fille du voyage qui a des poux ; Agathe, la fille aînée,  tombe amoureuse d’un inconnu alors qu’elle se produit sur scène avec son groupe de musique, et cela va révolutionner sa vie ; quant à Emmanuelle, la mère, elle n’arrive plus à signer aucun contrat en tant qu’illustratrice… Dépassée, démodée…elle occupe ses journées à tenir son blog culinaire, à dessiner des plats et à inventer des recettes qu’elle n’a pas les moyens de cuisiner. Et bien sûr, sans revenus, la famille est au bord du goufre ! Tous leurs repères se brisent, le quotidien est totalement chamboulé… mais finalement, est-ce si dramatique ? La vie n’est-elle pas faites de chemins qui arpentent des lieux parfois clairs, parfois sombres, parfois vides et parfois luxuriants. Tant qu’on est en vie, tout est possible !

Et le lapin, dans tout ça ? Un petit effet d’écriture qui trace un lien ténu entre tous les personnages de cette histoire familiale qui est en train de remettre en cause ses acquis. Le titre et la couverture du livre ne reflètent pas tant que ça la réalité du roman. C’est plus un accessoire qui pimente un peu le récit mais qui pourrait tout à fait être enlevé sans que cela ne change rien… D’ailleurs, notre lapin Django n’apparaît qu’au milieu du récit, même si avant l’importance de l’animal dans la vie de cette famille est évoquée. Pour ma part, cet artifice n’était finalement pas nécessaire, mais cela n’engage que moi…

Un récit joyeux, positif, sur le thème des grands bouleversements dont on peut avoir peur dans la vie mais qui sont parfois la meilleure façon de rebondir et continuer à aller de l’avant. Un récit à plusieurs voix, sur fond de musique jazz qui aborde en même temps que les relations familiales, le thème plus grave des sans-papiers, des gens du voyage et des préjugés. Un roman qui se lit comme un roman, en dépassant notre besoin de rationalité et de cohérence…et en acceptant la facilité des situations, surtout pour le final.

3ème, 4ème, lycée, récit de vie, roman

Libérez l’ours en vous, de Carole Trébor

Kolia, lycéen entrant en classe de 1ère L, a quitté sa Russie natale huit ans auparavant avec sa petite soeur, son père et sa belle-mère qui a imposé ce choix de vie à toute la famille. Sa mère était décédée dans un accident… Et il y a laissé là-bas un être qui lui était très cher : sa grand-mère, décédée d’un cancer voilà 4 ans… Maintenant, il vit en Ardèche. Tous ces événements de sa vie l’ont particulièrement marqué et l’ont rendu sensible et à fleur de peau.. Ses relations avec son père et sa belle-mère sont très conflictuelles et la seule chose qui lui permet de garder pied  est le club de théâtre du lycée dont il fait partie depuis longtemps avec ses amis Lisa, Cyril, Olivier, Natacha et les autres et qui est tenu par Patricia Valente, une professeur de français passionnée. Pourtant, en cette veille de rentrée, leur petit monde va s’écrouler : le groupe d’adolescents vient de recevoir un mail de leur professeur adorée : une grave maladie l’empêche de reprendre les cours à la rentrée. Elle en a au moins pour 6 mois de traitement mais ne veut pas les abandonner car ils avaient prévu de faire participer leur troupe au concours lycéen. Alors, elle a demandé au surveillant, Christophe, élève à l’école dramatique, de prendre le relais de club durant son absence et de monter Les Justes de Camus. Mais le projet va être bousculé. Le mari de Patricia leur propose de monter, en secret,  la pièce semi-autobiographique que Patricia a écrite : Merci l’ours… Il va falloir être prudent pour qu’elle ne se rende compte de rien, elle qui prend si souvent des nouvelles d’eux et de leur avancée dans la mise en scène de la pièce prévue.

Un roman sur des adolescents menant leur passion envers et contre tout, mais aussi un roman sur les relations familiales, souvent difficiles avec les parents mais privilégiées avec les petites soeurs, un roman sur la transmission, l’amitié, l’amour, l’exil.  Pour les passionnés de théâtre.

Et un grand merci à Carole Trébor pour sa dédicace !