3ème, 4ème, 5ème, animalier, bande dessinée, humour

Le grand méchant renard, de Benjamin Renner

Le grand méchant renard - Benjamin Renner Le grand méchant renard aimerait bien être méchant, dévorer des poules dans le poulailler, voler les poussins… mais il n’y arrive pas… La poule en chef n’a pas peur de lui et le raille sans cesse. Quant aux poussins, ils sont si mignons, si attachants, si petits, il faut bien s’en occuper !

Après avoir vu le film d’animation sorti en 2017 avec mes enfants de 4-6 et 8 ans que nous avions tous adorés, petits et grands, j’étais assez impatiente de leur montrer la bande dessinée, mais en fait…  La lecture n’est pas forcément adaptée aux plus petits  et la présence de quelques gros mots  bien placés nous conforte dans ce sens …

Mais alors, pour les plus grands et les adultes, quel régal ! Un ton décalé et totalement loufoque, un humour mordant, un dynamisme incroyable font de cette bande dessinée une parodie particulièrement réussie de style cartoon à la Tex avery. Les illustrations sont simples et très expressives, les personnages caricaturaux et très attachants, que ce soient le loup, coach du renard, le chien de garde qui se la coule douce et se laisse mener par le bout du museau par la poule, ou tous les autres animaux de cette basse-cour hors du commun qui ont chacun leur caractère propre. 

Et si le renard devenait végétarien et acceptait les navets qu’on lui offre ?

On sourit, on rigole, on s’attendrit ! Bref, un excellent moment en perspective !

 

« Le Grand méchant renard » est suivi de « Il faut sauver Noël »

Le film d’animation a reçu le César du meilleur film d’animation en 2018.

 

Publicités
6ème, album, CM2, humour

Scoop ! de Gianni Rodari

Des non-faits divers …

Cet album est adapté d’une nouvelle de l’auteur italien Gianni Rodari, illustré par PEf.

Un jeune journaliste propose à son directeur des articles concernant des faits divers qui auraient pu se produire et faire des drames… mais qui, heureusement, n’ont pas eu lieu : un semi-remorque doublant un tracteur n’a pas percuté une voiture et il n’y a pas eu de morts ; une femme armée d’un pistolet n’a pas volé le portefeuille d’un passant… Ah, ça ne plaît pas au directeur  ? « Voyons, monsieur le directeur […], ce qui se produit réellement n’est qu’une infinitésimale partie de ce qui pourrait arriver. Un journal moderne doit élargir son cham d’action au domaine du possible ».

Ou comment travailler sur le fait divers dans la bonne humeur ! Original.

6ème, album, CM2, humour

Scoop ! de Gianni Rodari

Des non-faits divers …

Cet album est adapté d’une nouvelle de l’auteur italien Gianni Rodari, illustré par PEf.

Un jeune journaliste propose à son directeur des articles concernant des faits divers qui auraient pu se produire et faire des drames… mais qui, heureusement, n’ont pas eu lieu : un semi-remorque doublant un tracteur n’a pas percuté une voiture et il n’y a pas eu de morts ; une femme armée d’un pistolet n’a pas volé le portefeuille d’un passant… Ah, ça ne plaît pas au directeur  ? « Voyons, monsieur le directeur […], ce qui se produit réellement n’est qu’une infinitésimale partie de ce qui pourrait arriver. Un journal moderne doit élargir son cham d’action au domaine du possible ».

Ou comment travailler sur le fait divers dans la bonne humeur ! Original.

3ème, 4ème, 5ème, humour, récit de vie, roman

Mentine, 4. Seule à New York, de Jo Witek

Nous retrouvons avec un plaisir toujours renouvelé notre pétillante Mentine dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci, ses parents veulent profiter d’un séjour en amoureux dans un ranch du Dakota pour fêter leurs 20 ans de mariage… L’excuse pour ne pas emmener Mentine avec eux : elle a peur des chevaux ! Alors, ils décident de l’inscrire à un stage linguistique à New-York durant ces quinze jours. Ainsi, ils partiront ensemble et ils se rejoindront à nouveau après leur escapade ! Mais il faut d’abord trouver à Mentine une famille d’accueil… Bien entendu, Mentine va écrire une lettre explosive à ses correspondants (lettre qui ouvre le roman) mais celle-ci n’est pas du tout du goût de sa mère qui va bien vite prendre les choses en main… C’est ainsi que notre chère Mentine se retrouvera hébergée dans l’Upper East Side, dans une somptueuse villa au sein d’une famille richissime où elle est… la punition de leur fille, la sublime Joyce,  14 ans, hautaine et futile… Car pour avoir la famille d’accueil idéale, la mère de Mentine a décrit sa fille comme une enfant studieuse, sage, disciplinée… Pourtant, sous des dehors lisses, la famille américaine est au bord de l’explosion. Mentine va-t-elle y trouver sa place ?

Un nouveau tome plein de péripéties et d’aventures, parfois bien entendu un peu fantaisistes et tirées par les cheveux, mais on se prend au jeu. Mentine est une adolescente tellement pleine de vie et d’humour, avec son regard d’enfant intellectuellement précoce qui la met toujours dans des situations en décalage avec son âge… On adhère, même si son quotidien d’enfant unique dans une famille aisée parisienne ne parlera pas forcément à nos élèves. On se laisse emporter par ce tourbillon de vie pour passer un petit moment délicieux qui redonne la pêche au lecteur. C’est bourré d’énergie et d’optimisme. Heureusement que la grand-mère veille sur sa famille pour y apporter sa sagesse ! La rencontre cocasse avec Woody Allen, réalisateur américain (au demeurant sans rapport aucun avec l’actualité) est un petit moment d’anthologie. A lire sans hésitation pour les fans de la série… plutôt des filles, d’ailleurs !

3ème, 4ème, 5ème, humour, récit de vie, roman

Mentine, 4. Seule à New York, de Jo Witek

Nous retrouvons avec un plaisir toujours renouvelé notre pétillante Mentine dans une nouvelle aventure. Cette fois-ci, ses parents veulent profiter d’un séjour en amoureux dans un ranch du Dakota pour fêter leurs 20 ans de mariage… L’excuse pour ne pas emmener Mentine avec eux : elle a peur des chevaux ! Alors, ils décident de l’inscrire à un stage linguistique à New-York durant ces quinze jours. Ainsi, ils partiront ensemble et ils se rejoindront à nouveau après leur escapade ! Mais il faut d’abord trouver à Mentine une famille d’accueil… Bien entendu, Mentine va écrire une lettre explosive à ses correspondants (lettre qui ouvre le roman) mais celle-ci n’est pas du tout du goût de sa mère qui va bien vite prendre les choses en main… C’est ainsi que notre chère Mentine se retrouvera hébergée dans l’Upper East Side, dans une somptueuse villa au sein d’une famille richissime où elle est… la punition de leur fille, la sublime Joyce,  14 ans, hautaine et futile… Car pour avoir la famille d’accueil idéale, la mère de Mentine a décrit sa fille comme une enfant studieuse, sage, disciplinée… Pourtant, sous des dehors lisses, la famille américaine est au bord de l’explosion. Mentine va-t-elle y trouver sa place ?

Un nouveau tome plein de péripéties et d’aventures, parfois bien entendu un peu fantaisistes et tirées par les cheveux, mais on se prend au jeu. Mentine est une adolescente tellement pleine de vie et d’humour, avec son regard d’enfant intellectuellement précoce qui la met toujours dans des situations en décalage avec son âge… On adhère, même si son quotidien d’enfant unique dans une famille aisée parisienne ne parlera pas forcément à nos élèves. On se laisse emporter par ce tourbillon de vie pour passer un petit moment délicieux qui redonne la pêche au lecteur. C’est bourré d’énergie et d’optimisme. Heureusement que la grand-mère veille sur sa famille pour y apporter sa sagesse ! La rencontre cocasse avec Woody Allen, réalisateur américain (au demeurant sans rapport aucun avec l’actualité)  est un petit moment d’anthologie. A lire sans hésitation pour les fans de la série… plutôt des filles, d’ailleurs !

6ème, CM2, humour, récit de vie, roman

Quart de frère, quart de soeur, 3. Mission spectacle, de Sophie Adriansen

Que le spectacle commence…

Arthur et Viviane, nos quart de frère quart de soeur,  font leur entrée en 6ème, et maintenant qu’ils s’entendent bien et vivent sous le même toit, ils ont bien décidé de ne plus cacher leur amitié ! Arthur va, bien entendu, se présenter aux élections de délégués de classe… et est sûr de gagner … mais ce qu’il souhaite par dessus tout, c’est faire duo avec sa quart de soeur… N’y a-t-il pas moyen de soudoyer un peu les camarades ? Seulement, quand le pot aux roses va être découvert, nos deux amis vont tout faire pour se racheter : retrouver Gaëtan qui a disparu, ou aider à monter un spectacle inoubliable pour le Noël du collège…

Retrouvez avec plaisir nos deux attachants personnages de cette famille recomposée pleine de vie !  Ils n’ont pas du tout le même caractère mais profitent bien de leurs différences pour se compléter et s’entraider… C’est gai, c’est frais.

Un petit bémol cependant sur le message donné au sujet des sapins artificiels qui seraient plus écolo que les véritables… Le débat a lieu chaque année, et rien n’est encore moins sûr. Pour être rentable d’un point de vue émission de carbone, un sapin artificiel devrait être gardé 20 ans, ce qui est loin d’être le cas pour la plupart des familles. D’un autre côté, les producteurs de sapins véritables utilisent souvent le glyphosate, un herbicide reconnu comme probablement concérogène… Bref, si vous souhaitez un Noël au sapin écolo, l’histoire est donc assez compliquée  : préférez une production locale et qui est sensible à l’utilisation modérée des pesticides et herbicides (ça existe près de chez nous, dans le Morvan, avec l’utilisation de moutons de race Shropshire pour le contrôle de l’enherbement !)…

Bon Noël et bonnes fêtes de fin d’année à tous  !

 

 

5ème, 6ème, CM2, fantastique, humour, roman

Halloween, néfaste pour les enfants ?

43, rue du Vieux Cimetière, 2. Il faudra me passer sur le corps, de Kate et M. Sarah Klise

il-faudra-me-paer-sur-le-corpsLa vie quotidienne a pris sa routine au manoir Vranstock. M. Bronchon écrit ses livres de jeunesse, aidé du fantôme Adèle, et le jeune Lester se charge des illustrations… Hélas, c’est sans compter l’intervention de Dick Tatter, le dirigeant du Mouvement International Autoritaire pour la Sauvegarde Morale de nos Enfants, appelé plus brièvement le MIASME. Celui-ci n’admet pas que Lester vive au manoir Vranstock sans ses parents. Pour remédier à ce problème, il fait interner Ignace Bronchon – sous prétexte qu’il croit aux fantômes –  dans un asile psychiatrique et Lester dans un orphelinat. Et comme si cela ne suffisait pas, il impose au pays de brûler les livres sur les histoires de fantômes et veut interdire Halloween, cette fête si néfaste pour les enfants ! On aura tout vu …

Un deuxième tome dans la même veine que le premier. Contrairement à ce que l’on pourrait croire si l’on n’a pas lu le livre, ce n’est pas un roman d’horreur. Le titre de la série est le nom de la rue dans lequel se trouve le manoir, et les fantômes y sont bien gentils … Ce sont les adultes qui ne sont pas à la hauteur, sont étroits d’esprit et ne comprennent rien, à part notre ronchon M. Bronchon, peut-être ! C’est un livre plein d’humour, à l’écriture imaginative puisqu’elle alterne lettres et articles de presse et très agréablement illustré en noir et blanc. Et toujours des jeux de mots bien trouvés (Dick Tatter (dictateur), Gemma C. Vossoux (la banquière), etc. Une série qui connaît toujours un très grand succès -mérité- au CDI (ce que je n’avais pas imaginé en lisant le tome 1 -voir ma précédente chronique-… et je suis très heureuse de m’être trompée) ! C’est très rapide à lire, et peut être une entrée en matière  idéale pour des élèves rebutés par la lecture.