3ème, 4ème, 5ème, adultes, aventure, fantastique, lycée, roman

Gustave Eiffel et les âmes de fer, de Flore Vesco

Gustave Eiffel, jeune homme réservé et discret cherche ardemment du travail, à la hauteur de ses compétences, pour payer ses loyers de retard. A la terrasse d’un café, il consulte les offres d’emploi d’un journal, lorsque son regard s’attarde sur une annonce très particulière : « société très fermée recherche esprits logiques et coeurs aventureux »… Pas d’adresse, pas de nom mais des données énigmatiques complètent le texte. Gustave, intrigué, s’attèle rapidement à résoudre l’énigme et ses pas vont le mener dans un immeuble abandonné, où, avec les autres candidast, il va être soumis à des épreuves plus qu’étranges… Sa ténacité et son esprit d’équipe vont vite faire oublier son manque de confiance en lui.. C’est le début d’une aventure extraordinaire que va vivre notre Gustave qui sera amené à côtoyer Alfred Nobel, Louis Pasteur, et peut-être même des êtres fabuleux comme le phénix qui renaît de ses cendres… En quoi ses compétences dans la construction et dans le matériau du fer vont-ils bien pouvoir l’aider ?

 

Un roman très original qui fait évoluer des personnages réels historiques dans un univers steam-punk où le fantastique côtoie le policier, l’aventure et l’action. On évolue dans une ambiance parisienne du 19ème siècle, à la découverte de la Révolution industrielle et de l’Exposition universelle dans un questionnement riche sur les relations entre l’Homme et la Machine et son remplacement éventuel, sur la rentabilité et les conditions de travail. On évoque les bouleversements que le Baron Haussmann a suscité dans Paris avec la création de ses boulevards, des travaux de Eiffel, de Pasteur ou de Nobel. On ne peut pas non plus ne pas penser à Frankenstein de Mary Shelley dont le roman est un clin d’oeil évident. Une écriture au style à la hauteur de cette histoire foisonnante, où jeux de mots se disputent au style littéraire de haut vol. Des personnages eux-mêmes d’une grande richesse : des ouvriers bourrus, un Eiffel touchant de sincérité dans ses amitiés et dans l’amour qu’il voue à Isamberte, la fille du patron de la manufacture dans laquelle il est embauché. La fin nous réserve de belles surprises ! Une lecture exigeante pour un lectorat exigeant. Saura-t-il accrocher le jeune lecteur autant que l’adulte que je suis, la question reste posée… et j’attends des réponses dans vos commentaires !

 

Publicités
3ème, 4ème, 5ème, pédagogie

Esprit scientifique, esprit critique, un projet pédagogique pour la classe

Tome 2, cycle 4 et 2nde, de Mathieu Farine, Elena Pasquinelli et Gabrielle Zimmermann, tous trois membres de la fondation La main à la pâte, aux éditions Le Pommier.

Un ouvrage pédagogique de référence qui met en avant la démarche de projet et la transversalité, complétant le premier tome destiné à l’école primaire.

Après une introduction très riche expliquant en quoi l’esprit scientifique, avec sa rigueur et sa méthode, développe l’esprit critique, l’ouvrage se découpe en 5 « blocs » : observer / expliquer / évaluer / argumenter / inventer qui, chacun, permet à l’élève une progression.

En tout, 21 séquences réalisées par un enseignant de collège, une philosophe et une biologiste pour approcher au plus juste notre monde et le comprendre. Pour cela, rien de tel que de développer l’esprit critique du citoyen de demain confronté à une avalanche quotidienne  d’informations… Mieux comprendre notre monde en étant mieux armé pour analyser les données qui nous envahissent, savoir les trier, les juger, les confronter, les évaluer, les critiquer, pour ensuite être capable de se forger sa propre opinion argumentée, l’objectif est de grande ampleur mais tellement important à notre époque.

Cet ouvrage fait la part belle à l’interdisciplinarité : SVT mais également mathématiques, physique, technologie et parfois même français (science ou science-fiction ?) ou histoire-géographie. Des fiches-élèves, le déroulé possible de l’activité – souvent présentée sous forme d’enquête ou de jeu de rôle -, des fiches-matériel, et des pistes pour nourrir la discussion avec les élèves à l’issue de l’activité, car le but avéré de cet ouvrage est réellement de confronter les élèves et leurs opinions parfois contradictoires et les faire progresser dans l’analyse rationnelle des faits, grâce parfois à des instruments.

L’ouvrage est complété d’une  bibliographie avec un site web proposant de nombreuses ressources complémentaires : www.fondation‐lamap.org/esprit‐scientifique

 

 

4ème, 5ème, 6ème, CM2, récit de vie, roman

Banzaï au pays des mangas, de Véronique Delamarre Bellégo

Moshi, moshi…

Nous retrouvons ici Sakura, l’héroïne de Banzaï Sakura. Après un prologue intitulé « Souvenirs de Banzaï Sakura » et qui, à travers la voix de Joséphine nous raconte en quatre pages le premier tome avec l’arrivée de Sakura dans la classe de CM2 et les aventures qui ont suivi, la nouvelle histoire peut commencer !

Cette fois-ci, nous retrouvons nos trois protagonistes, Sakura, Joséphine et Fabio, accompagnés de John, l’assistant d’anglais et Alexandre, le documentaliste, dans un avion… en route pour …  le pays du Soleil Levant ! Comment sont-ils arrivés là ?  En étant finalistes d’un concours de mangas organisé dans leur nouvel établissement scolaire, alors qu’ils venaient d’entrer en 6e au collège. Les cinq équipes internationales sélectionnées doivent s’affronter sur place lors de la Grande finale  !  Cette immersion durant une semaine dans Tokyo, la capitale animée du Japon, à la saison des cerisiers en fleur, vont réserver à nos amis bien des surprises et des aventures.

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu la première aventure de Sakura pour comprendre ce nouvel opus, surtout que l’histoire est bien résumée au début et permet de parfaitement comprendre le contexte et les relations entre les personnages. En revanche, en refermant ce livre, si l’on n’avait pas lu le premier (c’était mon cas), on a bien envie de le découvrir ! L’histoire, racontée à la première personne par Joséphine,  est rythmée et les personnages suffisamment approfondis pour que l’on adhère totalement à l’ambiance. C’est drôle, frais, distrayant et permet de découvrir un pays assez atypique et très différent du nôtre, à la fois moderne et aux traditions très ancrées.

On se retrouve donc en totale immersion dans ce Japon des temples et sanctuaires, des cosplayers, des kamis, des o-furo, des kimonos, des jardins zen, des samouraï, des mangas, du karaoké et des spécialistés culinaires à base de riz ou d’algues et à manger avec des baguettes… Bref un dépaysement total qui nous donne qu’une seule envie : de sauter dans un avion et d’aller découvrir tout cela de nos propres yeux  et une histoire qui prend une tournure inattendue et nous emporte à la lizière du fantastique dans un univers peuplé de kamis et de renardes messagères.

A lire sans problème dès le CM2.

 

3ème, 4ème, 5ème, heroic fantasy, roman

Le livre des origines, 3. Le dernier grimoire, de John Stephens

Le grimoire des ombres

Notre petite Emma a été enlevée par l’Effroyable Magnus qui compte bien sur elle pour récupérer, enfin, le troisième des Livres des Origines : le grimoire des ombres. Selon la prophétie seuls Kate, Michaël et Emma peuvent réunir ces ouvrages de magie afin de rétablir l’équilibre du monde. Mais cela ne sera-t-il pas au péril de leur propre vie ? Dans ce troisième volet des Livres des origines, Emma est au centre de l’aventure. Elle va devoir pénétrer dans le royaume des morts, un lieu très noir, très violent, qui va la bouleverser et la mettre en grand danger. Elle va y rencontrer des proches… Or, à part elle et les morts, personne ne peut pénétrer ce lieu maléfique, que font-ils là ? Une écriture  toujours aussi maîtrisée pour un ultime tome qui nous apporte enfin les révélations tant attendues. Nos trois adolescents vont-ils survivre malgré la prophétie ? Vont-ils retrouver, enfin, leurs parents ? Le monde va-t-il passer aux mains de l’Effroyable Magnus ? Et l’amour de Kate et  de Rafe va-t-il pouvoir s’épanouir malgré les difficultés rencontrées ? Un tome plein d’émotions malgré peut-être quelques petites longueurs par rapport aux deux premiers… En tout cas, à lire pour connaître la fin de cette trilogie éblouissante !

Enregistrer

3ème, 4ème, 5ème, animalier, bande dessinée, humour

Le grand méchant renard, de Benjamin Renner

Le grand méchant renard - Benjamin Renner Le grand méchant renard aimerait bien être méchant, dévorer des poules dans le poulailler, voler les poussins… mais il n’y arrive pas… La poule en chef n’a pas peur de lui et le raille sans cesse. Quant aux poussins, ils sont si mignons, si attachants, si petits, il faut bien s’en occuper !

Après avoir vu le film d’animation sorti en 2017 avec mes enfants de 4-6 et 8 ans que nous avions tous adorés, petits et grands, j’étais assez impatiente de leur montrer la bande dessinée, mais en fait…  La lecture n’est pas forcément adaptée aux plus petits  et la présence de quelques gros mots  bien placés nous conforte dans ce sens …

Mais alors, pour les plus grands et les adultes, quel régal ! Un ton décalé et totalement loufoque, un humour mordant, un dynamisme incroyable font de cette bande dessinée une parodie particulièrement réussie de style cartoon à la Tex avery. Les illustrations sont simples et très expressives, les personnages caricaturaux et très attachants, que ce soient le loup, coach du renard, le chien de garde qui se la coule douce et se laisse mener par le bout du museau par la poule, ou tous les autres animaux de cette basse-cour hors du commun qui ont chacun leur caractère propre. 

Et si le renard devenait végétarien et acceptait les navets qu’on lui offre ?

On sourit, on rigole, on s’attendrit ! Bref, un excellent moment en perspective !

 

« Le Grand méchant renard » est suivi de « Il faut sauver Noël »

Le film d’animation a reçu le César du meilleur film d’animation en 2018.

 

3ème, 4ème, documentaire

Arts & sciences, de Philippe Nessmann

De nouvelles perspectives…

Les arts et les sciences sont-ils aussi opposés qu’on pourrait le penser au premier abord ? Les activités des artistes et des scientifiques semblent être très éloignées les unes des autres mais leur point commun n’est-il pas d’essayer de comprendre le monde, par l’esthétisme pour les uns, par les lois qui le régit pour les autres. A la Renaissance, le lien entre ces deux domaines est très visible : savants et artistes travaillent la main dans la main pour illustrer les traités et pour comprendre comment représenter un monde au plus juste. Léonard de Vinci est en cela un exemple de génie universel qui a touché à tous les domaines pour tout comprendre, tout représenter : peintre, architecte, astronome, botaniste, etc. A la Renaissance également est découvert la perspective et ses lois qui vont littéralement révolutionner la représentation du monde en 2 D par les artistes. Nombre d’or, anatomie, botanique, chambre noire, météorologie, couleurs de synthèse, photographie, béton armé ou plastique, informatique, nucléaire, autant de thèmes abordés dans les différents chapitres de ce livre pour dresser un aperçu riche et très instructif de l’apport des sciences dans le monde de l’art.  Un ouvrage complet, bien documenté et bien construit, à la portée de tous par son propos clair et ses exemples bien choisis. Certains marqueront forcément le lecteur comme l’artiste qui s’est fait greffer une oreille sur le bras, ou le robot tagueur fou ou le joli tournesol électronique haut de 11 mètres qui éclaire les rues de Tokyo. On y apprend beaucoup de choses et retrouvons avec un plaisir certain des artistes qui nous sont chers !  Une plongée dans la connaissance, à lire sans hésitation.

3ème, 4ème, 5ème, aventure, fantastique, roman

Section 13, tome 1. Jack et le bureau secret, de James R. Hannibal

Le père de Jack, 13 ans, a disparu à Londres. Avec sa mère et sa soeur Sadie, 8 ans,  ils sont installés dans une petite chambre d’hôtel le temps de poursuivre les recherches. Sa mère doit d’ailleurs se rendre dans les hôpitaux remplir divers formulaires et doit laisser ses enfants seuls. Une consigne : « Quoi qu’il arrive, ne sortez pas de cet hôtel. Compris ? […]. Je vais à la recherche de votre père. »

Pourtant, lorsqu’en allant chercher à manger dans le hall de l’hôtel Sadie croit apercevoir son père, elle ne réfléchit pas et se lance à sa poursuite… Et lorsque Jack se rend compte de cela, il quitte également précipitemment l’hôtel… Ses pas le conduisent au Bureau des Objets Perdus où il doit remplir des formulaires étranges… Sa rencontre avec Gwen, jeune employée du bureau va sonner le début de nombreuses aventures plus incroyables les unes que les autres, à la recherche de leur père…

Scarabées mécaniques, drones, labyrinthes, sous-sols, pouvoirs extraordinaires, organisation secrète, disparitions, ce mélange bien dosé d’action, d’aventure, d’imaginaire donne le rythme à ce récit qui se déroule sur fond historique du grand incendie de Londres de 1666 (qui a réellement eu lieu et crée l’ambiance de ce livre). Le rythme ne laisse pas de répit car toute l’histoire se déroule sur une seule et même journée…

A quand la suite ?

La couverture est particulièrement réussie et  une carte de Londres en début d’ouvrage séduira les adeptes ( n’est-ce pas Guillaume ?)